CONSORTIUM SANTE DU SOL AFRIQUE DE L’OUEST (WASHC) ATELIER REGIONAL DE CLOTURE DU 22 AU 23 Mars 2017 A IBADAN, NIGERIA

Le consortium santé du sol est une initiative de l’Alliance pour la Révolution Verte en Afrique (AGRA). Il regroupe 5 pays de l’Afrique de l’Ouest qui connaissent des difficultés pour l’amélioration de la production agricole : le Nigeria, le Niger, le Ghana, le Burkina Faso et le Mali. Ce consortium regroupe tous les différents acteurs intervenants dans le cadre de la Gestion Intégrée de la Fertilité du Sol (GIFS ou ISFM « anglais ») à des fins de production agricole.

Constats: (1) L’Afrique utilise environ 3 % de la fourniture d’engrais du globe ; (2) Le paysan en Afrique utilise environ 8 kg/ha par rapport à l’Asie où il consomme environ 150 kg/ha ; (3) L’utilisation des engrais (organique et minéral) en combinaison avec une bonne gestion des terres accroît les rendements ; (4) La recherche indique que les engrais, en combinaison avec les autres pratiques d’intensification, triplent les rendements ; (5) Les interventions des acteurs de la Gestion Intégrée de la Fertilité des Sols (GIFS) ne sont pas coordonnées ; (6) L’accès aux engrais est faible ; (7) La connaissance et l’utilisation des engrais et des technologies de la GIFS par les paysans et les agro dealers est très faible; (8) La coexistence du public et du privé dans le système de vulgarisation ; et (9) Les aléas climatiques interfèrent dans la production agricole.

Cette situation a amené AGRA à proposer de mettre ensemble tous les acteurs de la GIFS dans chacun des 5 pays à travers un regroupement dénommé CONSORTIUM SANTE DU SOL. L’ensemble des consortia forment le Consortium Santé du Sol Ouest Africain. Soulignons qu’il existe aussi le Consortium Santé du Sol Afrique de l’Est et du Centre, le Consortium Afrique du Sud. Le Consortium Santé du Sol Africain regroupe tous ces consortia.

Le consortium santé du sol Niger a vu le jour après la signature de la sous-convention d'approbation du financement du projet n° 2013 SHP 005 en date du 17 Décembre 2013 entre l'Institut National de la Recherche Agronomique du Niger (INRAN) et l'Institut International pour l' Agriculture Tropicale (IITA). Il a été lancé officiellement le 3 juin 2014 à Niamey et a été créé sous forme d’un projet auprès du Ministère de l’Agriculture par arrêté N° 204 /MAG/SG/DEP du 13 Octobre 2015. Il est conjointement financé par le gouvernement du Niger, l’IITA et AGRA avec un budget total qui s’élève à US$ 198,719.00 soit environ 92 500 000 F CFA pour 3 ans.

L’objectif principal du consortium est de contribuer à la sécurité alimentaire au Niger à travers une large diffusion des technologies de gestion intégrée de la fertilité des sols (GIFS). Les objectifs spécifiques sont: (i) Améliorer l'accès, des petits agriculteurs et autres parties prenantes, aux innovations de la GIFS (ii) Renforcer les capacités des acteurs et des institutions à fournir des connaissances techniques et des solutions harmonisées sur la GIFS ; (iii) Améliorer la diffusion des innovations de la GIFS en développant une base de données et les produits de partage des connaissances appropriées (iv) Faciliter la collaboration entre les intervenants afin d'améliorer le partage des connaissances et la communication de l'information sur la GIFS tant au niveau national que régional.

L’unité de coordination basée à l’INRAN est composée de 05 membres : un coordonnateur (Pr. Guéro Yadji de la Faculté d’Agronomie de l’UAM), d’un assistant du coordinateur (Dr. Maman Garba de l’INRAN), d’un Chargé du suivi et évaluation (M. Yahaya Issaka de la DEP/MAG), d’un comptable (M. Maman Moussa de l’INRAN) et d’un assistant administratif. Le rôle principal de l’équipe de coordination est la facilitation des échanges du savoir entre les intervenants dans le cadre de la santé du sol et la mise en œuvre des activités du projet. Le coordonnateur du projet a pour charge de convoquer et présider les réunions, d’initier les réseaux d’e-mails, d’organiser des ateliers et d’aider à la mise en place des groupes de travail. Le secrétariat du consortium est logé à l’INRAN / DECOR sis au château 1, Niamey et est opérationnel depuis Mai 2014. Il se veut être la principale source d’information sur la GIFS. Le consortium reçoit quotidiennement des requêtes d’informations sur la gestion de la fertilité du sol des cultures dunaires, irriguées et maraichères auxquelles il répond et / ou oriente le requérant vers d’autres sources d’informations ou personnes compétentes.

L’équipe de coordination est appuyée dans la mise en œuvre des activités par 05 groupes de travail constitués des membres compétents, dirigés par des présidents et dotés des cahiers de charges avec des objectifs, résultats et produits attendus bien définis. Ces groupes travaillent avec des personnes ressources compétentes issues des membres sur les tâches qui leurs sont assignées à travers des rencontres périodiques :

Le groupe intrants agricoles est présidé par M. Ado Kanta, responsable de la division intrants à la Direction Générale de l’Agriculture. Ce groupe a pour objectif d’améliorer l’approvisionnement d’intrants agricoles de qualité aux producteurs et a pour tâches la sensibilisation des membres sur les réglementations des intrants agricoles, la formation des membres d’OPs sur la connaissance et l’utilisation des intrants agricoles, et les agro-dealers sur le montage des dossiers bancables.

Le groupe formation est présidé par Dr Dan Lamso Nomao de la Faculté d’Agronomie de l’Université de Niamey. Ce groupe a pour objectifs de renforcer la capacité des acteurs de la GIFS et a pour tâches principales l’identification des besoins en formations des acteurs et l’organisation des ateliers de formation.

Le groupe Recherche et Vulgarisation présidé par Dr. Boukari Hama de la FCMN / Niyya a pour objectif de faciliter l’accès à l’information sur la GIFS et a comme tâches la collecte et l’analyse des documents pour l’alimentation de la base de données ; la création de la base de données ; la définition des priorités de recherche en matière de GIFS ; la définition de canaux les plus performants en matière de diffusion de l’information ; la synthèse et la simplification de l’information sur la GIFS en vue de la rendre accessible aux utilisateurs ; la conception, la production et la diffusion de outils de partages et de produits de connaissances sur la GIFS.

Le groupe lobbying et communication présidé par M. Aboubacar Kourna de la Direction Générale de l’Agriculture a pour objectifs d’améliorer la visibilité des activités du consortium santé du sol, de sensibiliser les acteurs sur l’importance de la GIFS et contribuer au suivi et évaluation du consortium. Ce groupe a pour tâches l’élaboration et mise en œuvre de la stratégie et du plan de communication du consortium, la création et animation d’un site web du consortium, l’élaboration des rapports d’étapes, des lettres et bulletins d’informations, ainsi que des articles à paraitre dans les journaux, le suivi et évaluation du projet, et la diffusion des notes sur la politique de GIFS à l’intention des décideurs et le lobbying auprès des décideurs en vue de les sensibiliser sur l’importance de la GIFS.

Quant au groupe mobilisation des ressources présidé par Dr. Mahaman Sabiou de l’INRAN, il a comme objectif principal de mobiliser les ressources nécessaires à la pérennisation du consortium santé du sol. Ce groupe a comme tâches principales le développement des stratégies de mobilisation de ressources humaines pour une meilleure animation du consortium et la mobilisation des ressources financières autres que celles données par AGRA dans la perspective de pérenniser le consortium.

Aussi, des points focaux régionaux qui sont les responsables de la vulgarisation et du transfert de technologies (SRVTT) avaient été désignés dans les 8 régions du pays. Ces points focaux régionaux sont chargés de représenter le consortium au niveau région pour non seulement contribuer à la diffusion des produits de partage de connaissances sur la GIFS élaborés mais aussi à remonter les besoins nécessaires des producteurs vers le consortium.

Le consortium santé du sol a vu la participation des membres issus d’environ 11 catégories d’acteurs à ses activités à savoir : les institutions nationales et internationales de recherche, les institutions académiques, les services techniques de vulgarisation, les décideurs politiques, les organisations non gouvernementales (ONGs), les projets de développement, les organisations paysannes, les fournisseurs d’intrants agricoles, les fabricants d’engrais, les institutions financières et les communicateurs (media). Chacune des structures membres a nommé un représentant qui constitue le point focal du consortium.

Le consortium santé du sol a un comité de pilotage (arrêté N°207/MAG/SG/DEP du 14 octobre 2015) présidé par le Secrétaire Général du Ministère de l'Agriculture. Ce comité est constitué de 10 membres qui sont les représentants de la Direction des Etudes et de la Programmation du Ministère de l’Agriculture (DEP/MAG), de la Direction Générale de l'Agriculture, la Faculté d' Agronomie de l'Université Abdou Moumouni de Niamey, de l'Institut National de la Recherche Agronomique du Niger, des Organisations Paysannes (OP), des Organisations Non Gouvernementales (ONG) intervenant dans le domaine agricole, des distributeurs d'intrants agricoles (Agro-dealers), du Réseau des chambres d' agriculture (RECA), des institutions financières, des projets intervenant dans la Gestion Intégrée de la Fertilité du Sol (GIFS) et des medias.

Le Comité de Pilotage peut faire appel à toute autre personne physique ou morale dont il juge l’appui nécessaire à l ’accomplissement de sa mission. Il est en charge de l'orientation, de la programmation et du suivi de l'exécution du projet. II a notamment pour mandat d’ adopter les programmes d'activités et budgets annuels du Projet; de suivre l’état d'avancement du projet sur la base des rapports d'activités; d’évaluer périodiquement la mise en œuvre des composantes du projet et faire procéder aux ajustements nécessaires; d’approuver les rapports d’activités et financiers du Projet; de veiller à l’application des décisions et recommandations des missions de supervision. Le Comité de Pilotage se réunit deux fois par an sur convocation de son président, en session ordinaire, sur un ordre du jour déterminé. Il peut se réunir en session extraordinaire en cas de besoin. 

Ce comité s’est réuni le 22 Décembre 2015 en vue d’examiner les bilans technique et financier et la programmation de l’an 3 du projet. Aussi, des discussions ont eu lieu sur des points entre autres la pérennisation du consortium, l’organisation des ateliers sur les leçons apprises, la production et la diffusion des outils de partage de connaissances sur la GIFS et l’élaboration de la stratégie et plan de communication. Pour la pérennité du consortium, les alternatives proposées sont entre autres le plaidoyer auprès des décideurs politiques et la prise de contact avec la direction de l’INRAN pour poursuivre la réflexion. Quant à l’élaboration de la stratégie et le plan de communication pour faciliter le passage des messages aux acteurs le président du comité a suggéré de le faire en collaboration avec la cellule communication du Ministère de l’Agriculture pour qu’une synergie soit créer sur cet aspect car plusieurs autres projets partagent aussi les mêmes objectifs, messages et acteurs cibles de la communication. Le secrétariat du Comité de Pilotage du Projet est assuré par l'Unité de Coordination.

En perspectives, le consortium vise à être une structure pérenne avec un statut, conseil d’administration et reconnue légalement auprès du Ministère de l’Intérieur avec une adresse physique afin de mieux servir comme principale source des connaissances sur la GIFS au Niger.

Note d'orientation

Les sols ferrugineux tropicaux qui représentent environ 80 % des sols au Niger sont généralement de texture sableuse et caractérisés par une faible fertilité naturelle (faibles teneur en matière organique et capacité de rétention en eau). Cependant, les sols des vallées (dallols, goulbis, fleuve Niger et lac Tchad) ont des propriétés physico-chimiques relativement bonnes grâce à leur texture dominée dans l’ensemble par des éléments fins. Mais il faut mentionner que ces sols ont tendance à se dégrader à cause de la forte exploitation et surtout de certaines mauvaises pratiques agricoles (monoculture, brûlis, exportation des résidus des cultures etc.). En savoir plus...

Cliquez sur l'image

Visiteurs

0322871
Ajourdhui
Hier
Cette semaine
Semaine passée
Ce mois
Mois passé
Total visiteurs
241
414
1884
17829
24626
14102
322871

Forecast Today
360

28.65%
4.79%
4.96%
1.04%
0.20%
60.37%
Online (15 minutes ago):63
63 guests
no members

Newsletter